logo

Actualités


Afficher toute la rubrique

VENDEE GLOBE : EXTRAITS

S’il ne fallait retenir qu’une chose de ces premières arrivées, c’est le bonheur, la joie, l’émotion positive et communicative de ces marins, leur fair-play quel que soit leur classement et malgré la fatigue, tous profondément heureux d’avoir bouclé la boucle, d’être allés au bout de leur rêve, au bout d’eux-mêmes. Tous ont aussi l’envie d’y retourner dans 4 ans…

Photo arrivée @Jean-Louis Carli - Alca / Vendée Globe
Photo arrivée @Jean-Louis Carli - Alca / Vendée Globe

 

Un énorme bravo et merci à tous pour ces émotions partagées. Nous avons hâte de vous revoir d’ici 15 jours à Lorient La Base !

 

Emotions et énergies à partager, extraits…

 

Isabelle Joschke (MACSF), peu avant son arrivée au Brésil

« J’ai besoin de comprendre ce qu’il m’arrive, de l’accepter, de faire le deuil des attentes que j’avais. Je me suis plongée corps et âme dans cette histoire et je veux en sortir progressivement. Faire des projets ce sont des stratégies pour ne pas voir certaines choses. Ma place est auprès de mon bateau, très clairement. Il y a vraiment une complicité énorme entre mon bateau et moi. Si le bateau peut repartir par la mer, peut-être que je le ramènerai »

(Source Ouest France AFP)

 

Thomas Ruyant (LinkedOut)
« C’est une très très grande fierté d'avoir réussi à boucler ce tour du monde. J’ai rempli plein d’objectifs : boucler la course, naviguer parmi les leaders et ne pas avoir de regret. J’ai mis toute l’énergie que je pouvais dans cette course.

Je suis très fier d’être tourdumondiste. Je suis aussi très fier de mon équipe, très fier d’avoir réussi à monter un projet comme ça avec Alexandre. J’espère que cette cause fera des émules. Je suis convaincu que le monde de l'entreprise et le monde associatif peuvent faire de belles choses. C’est une réussite sportive mais pas seulement. C'est aussi ça qui me fait vibrer.

Ça a été dur moralement parce que je savais quel bateau j'avais entre les mains et dès la fin de la descente de l'Atlantique j’étais à cloche-pied (foil bâbord endommagé). 

Ce sont des prototypes, on a appris beaucoup sur ce tour du monde et on va continuer à travailler pour être présents en 2021. Mon histoire avec le Vendée Globe n'est pas finie."

(Source Vendée Globe)

 

Boris Herrmann (SeaExplorer – Yacht Club de Monaco)

« Je suis absolument heureux de ma course et de mon résultat. C'était un travail d'équipe et j'ai hâte de célébrer ça avec eux. Le Vendée Globe m'a changé, je ne sais pas encore de quelle manière, mais il m'a beaucoup appris sur la patience et la confiance - la confiance dans les gens, la confiance dans le bateau. Il m'a appris que les bonnes choses viennent avec le temps. Qu'il faut attendre 80 jours pour l'arrivée et pour toutes ces belles émotions et que ce n'est pas un voyage de plaisir. C'est un étrange rapport entre le temps et la récompense. »

(Source Vendée Globe)

 

Giancarlo Pedote (Prysmiam Group)

« Dans mon équipe, c'était le premier Vendée Globe pour tout le monde. On avait le couteau entre les dents ! On voulait surtout terminer. J’ai toujours régaté un peu en dessous de mes possibilités, c'était un choix pour réussir à rejoindre les Sables d’Olonne. 

J’ai respecté mon bateau et ça a payé. Ce qui n’a pas empêché d’avoir des soucis techniques. Je suis monté 3 fois en tête de mât. J’ai eu des soucis de moteur, des problèmes de batteries qui ont été un stress énorme.

Après une telle aventure, j’apprécie les petites choses de la vie de terrien. Le fait d’en être privé pendant presque trois mois te fait comprendre que ce sont les choses de tous les jours les plus belles. »

(Source Vendée Globe)

 

Damien Seguin (Apicil)

« Il y a des moments où ce n’est pas simple, on n'est pas sur un terrain de foot, on n’a pas la possibilité de rentrer au vestiaire, la seule solution qui s’offre à nous lorsqu’on a un souci, c’est de l’affronter et de continuer.

Je suis passionné, j’aime les défis, j’aime porter un message simple, humain, et la meilleure façon pour cela, c’est de faire de grandes courses. Je n’ai pas vocation à incarner un modèle de l’insertion. Pour moi, je n’étais pas un handicapé sur cette course. Je ne suis pas parti sur le Vendée Globe en me disant que j’allais avoir du mal. Je suis parti avec des certitudes. Il faut rester humble. 

J’ai toujours voulu que mon parcours soit une forme de symbole, être un sportif de haut niveau c’est, pour moi, être la vitrine de son sport. Ça ne m'empêche pas de rêver. Ne vous mettez pas de barrière, ne laissez pas les autres vous en mettre. » 

(Source Vendée Globe)

 

Classement des coureurs LGL le 30 janvier à 8h

5e Boris Herrmann (SeaExplorer – Yacht Club de Monaco) en 80j 14h 59min

6e Thomas Ruyant ( LinkedOut) en 80j 15h 22min

7e Damien Seguin (Apicil) en 80j 21h 58 min

8e Giancarlo Pedote (Prysmian Group) en 80j 22h 42min

10e Maxime Sorel (V and B – Mayenne) attendu le 30 janv

12e Clarisse Crémer (Banque Populaire X)

18e Stéphane Le Diraison (Time for Oceans)

Abd Isabelle Joschke (MACSF)

Abd Fabrice Amédéo (Newrest – Art & fenêtres)

Abd Samantha Davies (Initiatives Cœur)

 



enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Facebook