logo

Actualités


Afficher toute la rubrique

TROPHEE JULES VERNE

L’équipage de Thomas Coville (Sodebo Ultim 3) est en stand-by depuis le 15 octobre, celui de Franck Cammas et Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) le sera à partir du 1er novembre. Ces deux équipes, aux manettes de trimarans volants de 32 m de long, vont s’attaquer au record de 40j 23h 30min 30s détenu par Francis Joyon et ses hommes sur IDEC Sport depuis 2017.

©Vincent Curutchet / Team Sodebo
©Vincent Curutchet / Team Sodebo

 

Deux Ultims en stand-by, à Lorient

Avant de se passionner pour ces nouveaux records, que ces marins de haut vol s’apprêtent à tenter, nous vous proposons un petit tour dans le passé, histoire de découvrir d’où vient cette idée folle qui fait courir les marins autour de la planète mer depuis 27 ans.

 

Un rapide calcul

Nous sommes au milieu des années 80. Yves Le Cornec, Florence Arthaud, Eugène Riguidel, Gabriel Guilly et leurs amis fêtent leur Transat Québec - Saint-Malo, un parcours de 3000 milles que les multicoques de l’époque dévorent alors à près de 13 nœuds de moyenne… Un record, qui pousse Yves le Cornec à faire un rapide calcul : à 12,8 nœuds de moyenne, il est possible de faire les 26 000 milles d’un tour du monde en 80 jours !

 

D’un tour du monde à l’autre

L’idée est lancée ! Elle rebondira 5 ans plus tard, à l’issue du tout premier Vendée Globe, remporté par Titouan Lamazou, en 109 jours. Si un solitaire peut boucler cette circumnavigation en un peu plus de cent jours sur un monocoque de 60 pieds, un équipage, aux commandes (par exemple) d’un catamaran, pourrait donc bien titiller les 80 jours…

 

Par des marins, pour des marins

Yves Le Cornec, Florence Arthaud, Titouan Lamazou, Jean-François Coste, Philippe Monnet, Bruno et Loïck Peyron, Eugène Riguidel et Jean-Yves Terlain se réunissent, en janvier 1991, à bord de la péniche des Fauconnier, amarrée sur l’Ile de la Jatte, et créent le Trophée Jules Verne.

Chacun y alla de sa formule : « Le règlement doit tenir en une page » ; « Pas de jauge, pas de limite, pas d’escale, pas d’assistance, juste une ligne de départ et les trois caps à laisser à bâbord » ; « Un trophée conçu par des marins, pour des marins »… pour établir les règles de ce jeu de vitesse autour du globe.

 

Le 20 octobre 1992, au Yacht Club de France, Sir Peter Blake et Sir Robin Knox-Johnston sont au rendez-vous du lancement officiel du Trophée Jules Verne et attestent de leur envie d’en découdre. Bernard Moitessier honorera de sa présence ce concentré de légendes de la voile.

 

Battre le record de Phileas Fogg

Bruno Peyron sera le tout premier à se lancer, avec, à la clé, un magnifique record de 79j 6h 15min 56s sur le catamaran Commodore Explorer décroché en avril 1993. Un tour bouclé à la vitesse moyenne de 12,6 nœuds : exactement le calcul estimé par Yves Le Cornec.

Huit autres records ont été établis depuis, avec une vitesse moyenne qui a presque doublé en un quart de siècle : 23 nœuds sur 40 jours pour Francis Joyon et son équipage.

 

Dans quelques jours, quelques semaines, dès qu’une fenêtre météo favorable se profilera, ce sont cette fois deux trimarans volants qui s’apprêtent à s’élancer sur ce mythique parcours, avec des vitesses qui devraient affoler les compteurs…

 

Sodebo Ultim 3

Skipper Thomas Coville

Equipage François Duguet, Thomas Rouxel, Sam Goodchild, Corentin Horeau, François Morvan, Matthieu Vandamme, Martin Keruzoré.

Routeur Jean-Luc Nélias et Philippe Legros

Remplaçant Thierry Briend

 

Maxi Edmond de Rothschild

Skippers Franck Cammas et Charles Caudrelier

Equipage David Boileau, Erwan Israël, Morgan Lagravière, Yann Riou

Routeur Marcel van Triest

Remplaçant Yann Eliès

 

Retrouvez toute la genèse du Trophée Jules Verne

 

 



enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Facebook