logo

Actualités


Afficher toute la rubrique

DERRIERE LES CLASSEMENTS, LES APPRENTISSAGES, LES EMOTIONS

Et nos ministes ? Retour sur leur reprise en compétition réussie.

LEO_DEBIESSE.jpg

 

Léo Debiesse (Avelasailing.com) déjà vainqueur des Sables Les Açores en Baie de Morlaix, persiste et signe avec une 2e victoire sur la Mini en Mai, en bateaux de série.

Ambroggio Beccaria (Cammellone Cerca Sponsor) n’a pas perdu la main ! Le vainqueur de la Mini Transat 2019 fait un come-back en Mini et vient de remporter la Mini en Mai en proto, à la barre du 969 (Chaffoil), le foiler victorieux des Sables Les Açores en Baie de Morlaix mené alors par Tanguy Bouroullec.

A noter également la très jolie performance de Marie Gendron (Cassiopée SNCF) en proto, 2e de la Mini en Mai.

 

Mais derrière ces chiffres, ces classements, il y a aussi des émotions et des réflexions de coureurs sur leur première saison au large…

 

Léo Debiesse (Avelasailing.com)

« Le premier point positif c’est que nous avons réussi à faire une belle saison, courte, mais riche, ce qui était loin d’être gagné !

Côté sportif, c’était difficile de faire un pronostic puisque nous sommes en année 1*, presque tout le monde débute. J’ai mon bateau depuis un an, donc j’avais pris un peu d’avance, je suis dans le match… Je ne viens pas du monde de la régate, mais j’ai beaucoup navigué au large, je suis à l’aise en mer : je ne suis pas pointu, mais je n’ai pas de grosses lacunes.

Il faut maintenant que j’arrive à me dégager du budget et du temps pour pouvoir faire des formations cet hiver. »

 

Jean-Marie Jézéquel (Branchet/KPL)

« Ce qui m’a le plus surpris c’est le niveau général de la flotte ! Ca a fait un gros bond par rapport à 2019 : ça navigue vraiment bien, à chaque course, il y a 10 prétendants au podium, c’est super intéressant !

Je n’ai pas beaucoup navigué encore : sur la première étape de la SAS, j’avais beaucoup d’inconnus devant moi. J’ai pris confiance au fur et à mesure.

Il faut que je travaille encore mes réglages, ma gestion du sommeil et que j’arrive à trouver le temps aussi de mieux préparer ma stratégie en amont des courses. L’idéal pour moi serait de suivre à nouveau des formations en visio. »

 

Cécile Andrieu (Kalisto)

« Un de mes souvenirs très forts de cette saison reste les premières navigations après le déconfinement : j’ai eu le sentiment que tout le monde revivait ! Et puis, il y a eu ma toute première nuit en mer, je me suis sentie à ma place avec un sentiment de liberté décuplé… émotions confirmées pendant ma qualification…

Et en course, c’est génial de pouvoir courir en quasi-monotypie (entre Pogo 3), c’est super motivant ! Je voulais juste me qualifier, me faire plaisir, et au final j’ai pu batailler dans le top 10 : c’est super encourageant, même si je sais que j’ai bien sûr encore du travail pour gagner en aisance, au portant, notamment. »

 

* La Mini Transat se prépare en général sur deux saisons : ainsi deux ans avant la course, qui se dispute les années impaires, la flotte des Ministes est majoritairement constituée de bizuths du large et de la navigation en solitaire.

 

 



enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Facebook