logo

Actualités


Afficher toute la rubrique

BIENVENUE DANS LE MONDE DES MINISTES : ANNE-CLAIRE LE BERRE

Ils sont 85 au sein de LGL, 13 femmes et 72 hommes, à se lancer dans une aventure unique, puissante, qui les marquera probablement à vie… La flotte des Mini 6.50 représente 40% des adhérents de Lorient Grand Large.

1LE_BERRE_Anne_Claire_2020jpg.jpg

 

 

13% des Ministes adhérents à Lorient Grand Large sont des femmes. Toutes flottes confondues, elles sont 9% au sein de LGL et 10% au sein de la Classe Mini : c’est peu, alors que la voile fait partie des quelques sports où hommes et femmes peuvent jouer à armes égales et où les skippeuses sont très bien accueillies, notamment en course au large, en double et en solitaire, comme le prouve Anne-Claire Le Berre qui se lance dans cette aventure unique. 

 

"La transat est un beau challenge, il y a du niveau et le bateau est intéressant"

 

Ancienne athlète de haut niveau et membre de l’équipe de France de match-racing, Anne-Claire Le Berre est aussi diplômée de l’INSA de Rennes. C’est avec cette double casquette d’ingénieur sportive qu’elle a intégré le BE de l’équipe de Sam Davies il y a 5 ans avec pour mission l’optimisation du 60 pieds Initiatives Cœur en vue du Vendée Globe 2020… une échéance qui approche à grands pas, ce qui permet à Anne-Claire de commencer à se projeter sur « l’après ».

 

« Ma décision de me lancer dans un projet de Mini Transat est très récente. Je ne l’ai actée qu’il y a quelques semaines. Même si cela fait 2 – 3 ans que j’ai envie de construire un projet sportif engagé, il fallait trouver le bon créneau qui trouve sa place dans la vie de famille et le planning professionnel. »

 

Avec une transat pile un an après le Vendée Globe, le programme du circuit Mini était le seul qui correspondait à ses contraintes. « Et puis, la transat est un beau challenge, il y a du niveau et le bateau est intéressant. » Parce qu’avec un cursus comme le sien, Anne-Claire ne part pas « à l’aventure » : son objectif est « de faire ça bien. »

 

L’hiver dernier, elle a l’occasion de faire sa première transatlantique lors du convoyage retour de la Transat Jacques Vabre du 60 pieds Initiatives Cœur : « je me suis sentie à l’aise au large, j’ai eu de bonnes sensations : ça m’a confortée dans mon idée. Et puis, le confinement a permis de se poser les bonnes questions. Peu après le déconfinement, j’ai trouvé le bateau qu’il me fallait, un Maxi 650 : ça a été le déclencheur. »

 

Anne-Claire devrait prendre possession de son Mini ce mois-ci, d’ici là, sa priorité cette année reste ses objectifs professionnels. Les week-ends et les vacances lui permettront de se lancer sur son programme Mini et de découvrir le solo, déjà bien chargé : « je prévois de faire ma qualification hors course, la Mini en Mai, la Duo Concarneau, et si possible le Trophée MAP (je suis sur liste d’attente)… »

 

Et l’année prochaine… « Le 1er défi sera de réussir à être au départ de la Mini, le 2e d’aller chercher un podium. Pour cela il me faudra également trouver des partenaires. »

 

C’est quoi LGL pour toi ?

« Je ne conçois pas de monter un projet Mini sans être dans le cadre de LGL. C’est une belle structure, il y a peu d’endroit comme celui là,  il faut en profiter ! »



enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Facebook