logo

Actualités


Afficher toute la rubrique

L'ENVIRONNEMENT : AU COEUR DE LA VAGUE

Le 13 février dernier, à Lorient, un collectif de skippers, dont plusieurs adhérents de Lorient Grand Large, lançait La Vague. Leur objectif : éveiller les consciences pour fédérer les acteurs du nautisme à l’impérieuse nécessité de faire évoluer la vision, voire la mission, de ce secteur.

©GAELEFLAO
©GAELEFLAO

 

 

« Il faut faire en sorte que les pratiques, les bateaux, les courses s’adaptent aux enjeux environnementaux et sociétaux auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés », annonce le collectif.

 

 1 millier de surfeurs sur La Vague

 

Trois mois et une crise sanitaire plus tard, La Vague a grossi. La tempête covid-19 a porté un éclairage très concret sur les problématiques soulevées par ce collectif de coureurs, tandis que le confinement a favorisé la réflexion et l’échange.

Pas moins de 10 workshops ont été organisés par La Vague ces dernières semaines, sur des thématiques complémentaires : communication, sponsoring, cycle de vie des matériaux et innovations, événementiel… « Au total, 150 à 200 personnes ont participé à ces ateliers collaboratifs et plus d’un millier de personnes a rejoint La Vague », précise le collectif.

 

Explorer et rassembler

 

Parmi ces « surfeurs », 40 skippers : « ils, nous, avons un rôle important à jouer dans ce mouvement. La course au large est une des vitrines les plus médiatiques du nautisme, il faut en profiter. Nous avons tous des questionnements sur la dichotomie entre notre pratique sportive et les enjeux environnementaux. L’important est de se poser ces questions ensemble. C’est ce qui donnera de la puissance à ce mouvement. L’objectif de la vague est d’explorer et de rassembler. Nous ne voulons pas détruire la course au large, mais amener ses acteurs à évoluer pour être en accord avec notre époque.

En course au large, il faut aller au-delà de notre mission de fédérer et faire rêver. Il faut que nos objectifs de performance sportive soient alignés sur des missions de performance durable et sociétale. Cela touche énormément de domaines techniques et humains tels que l'inclusion, la place des femmes, mais aussi la généralisation d’une démarche apprenante, vitale face aux enjeux complexes de notre monde en mouvement…»

 

Une longue houle internationale

 

Cette onde née à Lorient a pour objectif de se propager sur toutes les mers du monde, condition sine qua non de sa portée. « Il faut que tous les acteurs du nautisme se retrouvent pour débattre, et ce, dans le monde entier », précise encore les membres du collectif. 

« Les organisateurs de The Ocean Race ont été assez présents dans les débats que nous avons organisés. Ils avaient déjà réfléchi à cette problématique et envisagent de créer une plate-forme internationale dédiée à cette réflexion où tout le monde pourrait consulter les bonnes pratiques déjà en place et apporter ses idées. Il faudrait arriver à du partage de savoir-faire dans tous les secteurs (construction navale, voilerie, équipement, événementiel, etc.). Créer un « lieu commun » d’échange et d’apprentissage.

Cette réflexion est d’ailleurs menée au sein d’autres milieux sportifs : en F1, tennis, football… »

 

Les vaguelettes font les tsunamis

 

Aujourd’hui, La Vague est en phase d’accueil et de co-construction. « Coureurs, partenaires, associations de classe, organisateurs de course, architectes navals, équipementiers, communicants… tout le monde peut rejoindre le mouvement, apporter ses idées. Nous allons lancer d’autres workshops et nous aimerions rédiger une charte de bonnes pratiques d’ici la fin de l’année… »

 

Les workshops de La Vague à retrouver ici : https://sites.google.com/view/la-vague/vid%C3%A9os



enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Facebook