Focus : Pierre-Louis Attwell, skipper d’un projet hors du commun !


Pierre Louis Attwell
©

Notre adhérent Pierre-Louis Attwell, skipper du Class40 Vogue avec un Crohn, se dirige progressivement vers son objectif de l’année, la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Au-delà de se préparer à la mythique transatlantique en solitaire dont il sera au départ le 6 novembre prochain, le jeune skipper de 26 ans prépare l’avenir. Malgré la maladie de Crohn, dont il est atteint depuis ses 16 ans, il continue sa carrière de coureur au large éclairé, prouvant ainsi que vivre son rêve est possible !

Ayant passé sa jeunesse sur l’eau, entre plaisance en famille et cours de voile les samedis, Pierre-Louis est très vite tombé amoureux de ce milieu où il s’épanouie tant aujourd’hui. Il intègre la course au large en 2017 par un projet Figaro, bateau alors déjà nommé « Vogue avec un Crohn ». Eponyme du nom de la maladie dont il est atteint depuis maintenant 10 ans, le projet porte un message important pour son skipper. « Tout le projet est articulé autour de la sensibilisation à la pathologie digestive. On travaille avec l’association AFA qui accompagne tous ces patients atteints de ce type de maladie. » explique-t-il.

Un modèle de financement unique

 

Après avoir débuté son projet sous forme associative, Pierre-Louis Attwell est aujourd’hui chef d’entreprise. De manière générale, les skippers affichent un ou deux sponsors majeurs sur leur bateau, mais le jeune homme de 26 ans a construit un projet bien différent, basé sur la solidarité. « Notre particularité est que nous n’avons pas de sponsor unique, comme beaucoup d’autres ont. Nous avons six ou sept partenaires qui constituent le socle du projet. ». Chacun trouve une place autour de l’association AFA.

 

Le mode de financement est d’autant plus unique que ce n’est pas du mécénat mais du sponsoring ! « Aucune défiscalisation n’est faite, ce sont bien des sponsors. En revanche, la plupart de mes partenaires sont en contact avec l’association nationale qui est reconnue d’utilité publique, c’est donc un peu comme une tripartite. Avec l’AFA, nous avons un partenariat de communication. » confie le skipper.

Une maladie qui n’empêche pas de vivre ses rêves

 

Pierre-Louis Attwell l’a déjà prouvé et continue de le faire : la maladie de Crohn n’empêche en rien de vivre ses rêves. C’est d’ailleurs un des grands messages qu’il souhaite véhiculer à travers son projet. « Même malade, tout est possible » Tel est l’adage de son projet. « L’objectif est d’être un message d’espoir pour les patients » complète le jeune navigateur, avant de préciser : « Au début de la maladie, il y a beaucoup d’interdictions et les patients peuvent se renfermer sur eux-mêmes. Le message c’est donc : Osez ! Osez vous lancer des défis, osez aller au bout de vos rêves. »

 

Le chemin n’a pas été simple pour le skipper, notamment sur sa première Transat Jacques Vabre : « J’ai été opéré en juillet 2019 alors que je prenais, quelques mois plus tard, le départ de la course. Au milieu de l’Atlantique, j’ai fait une déchirure musculaire, une éventration, dû à une récupération trop courte après l’opération. Je me suis alors retrouvé au milieu de l’Atlantique avec une partie des muscles abdominaux qui avait cédé. Ça s’est finalement bien passé parce que c’était seulement musculaire. »

 

Même dans des situations parfois désagréables, le navigateur ne regrette pas un instant la vie qu’il mène aujourd’hui, vie qui tutoie ses rêves de jeunesse.

Une préparation physique intense, comme chaque skipper !

 

Depuis 2014, Lorient Grand Large travaille en collaboration avec Stéphane Eliot, coach sportif des skippers adhérents. Chaque semaine, les navigateurs peuvent ainsi perfectionner leur condition physique : « L’entraînement est adapté pour chaque skipper, en fonction de son projet et de son bateau. Entre Mini 6.50 et IMOCA, le rythme est évidemment différent. »

 

Stéphane, comme beaucoup, ne connaissait pas particulièrement la maladie de Crohn. C’est donc avec Pierre-Louis qu’il l’a découvert : « Nous avons longuement discuté avec Pierre-Louis. Il m’a expliqué ce qu’était sa maladie et l’opération qu’il avait eue. » A part quelques exercices d’abdominaux, le skipper de Vogue avec un Crohn suit chaque séance à l’identique des autres skippers : « Il est capable de tout faire, il est très bien suivi et on dialogue beaucoup pour que tout se passe au mieux. Pierre-Louis est jeune et c’est un super sportif, mis à part sa maladie à laquelle il doit s’adapter, il est capable de tout faire et n’a aucun souci articulaire ou autre. Il s’entraîne normalement. »

 

Pierre-Louis suit un programme de 2 séances de groupe par semaine, chacune d’1h30 environ, avec Stephane et LGL.

 

Une Route du Rhum puis cap sur 2023

 

Entré dans la Class40 depuis 2019, le skipper de Vogue avec un Crohn a déjà une belle expérience sur le circuit. La mythique Route du Rhum – Destination Guadeloupe viendra compléter son cv. C’est d’ailleurs bel et bien l’objectif principal de l’année : « Depuis mes débuts sur le circuit, j’ai déjà deux participations à la Transat Jacques Vabre au compteur. En cette fin d’année, ce sera la Route du Rhum – Destination Guadeloupe auquel je n’avais pas pu participer en 2018. »

 

Déjà tourné vers l’année prochaine, Pierre-Louis prépare l’avenir avec sérénité : « Les choses se mettent doucement en place. Je me suis réengagé sur la campagne 2023/2026, d’où la nécessité de faire évoluer mes contrats de partenariats et de trouver de nouvelles sources de financement. »

 

 

Les ambitions de Pierre-Louis ne sont donc pas en reste, avec une ligne directrice qu’il conservera coûte que coûte : faire parler des maladies digestives et prouver que chacun peut réaliser ses rêves, même les plus fous !